Françoise Mbango

Agrandir l'image

Elle a effectué une partie de ses études secondaires au lycée de la Cité Verte (Yaoundé). Durant l’année 2005-06, elle obtient une bourse universitaire pour intégrer Saint John’s University. Cette obtention a été favorisée par le programme culturel de cette université envers le Cameroun. L’ambassadeur camerounais à New-York a également contribué à cette obtention.
Après avoir dans un premier temps pratiqué le saut en hauteur, discipline où elle est devenue championne du Cameroun, elle se consacre ensuite au triple saut avec une première médaille lors des jeux du Commonwealth 1998 à Kuala Lumpur.

Puis lors de ses premiers Jeux olympiques à Sydney, elle se qualifie pour la finale où elle ne finit qu’à la 10e place. Dès l’année suivante, elle obtient sa première médaille en grand championnat lors des mondiaux 2001 d’Edmonton, terminant 2e derrière la russe Tatyana Lebedeva. Puis en 2002, elle gagne une nouvelle médaille d’argent aux jeux du Commonwealth qui se déroulent à Manchester.

Elle est de nouveau devancée par sa rivale russe lors des mondiaux 2003 de Paris Saint-Denis avant enfin de prendre sa revanche lors des Jeux olympiques d’Athènes. Elle remporte le titre dans un concours où elle commence par franchir le cap des 15m30 au 2e essai, son record personnel. Ses 5 derniers sauts seront tous au-delà des 15 mètres, ce qui n’était pas encore arrivé dans un concours féminin.
En 2005, elle décide au tout dernier moment de ne pas participer aux mondiaux d’Helsinki, les causes de son forfait n’étant pas réellement établies.
En avril 2006, elle met au monde à New-York, lieu où elle réside, un garçon, Niels Adena.
Finalement son absence des sautoirs dure jusqu’au début 2008. En avril, elle effectue un début de concours à Yaoundé, dont un saut à 14,50 mètres. Son concours est toutefois interrompu par le président de la fédération camerounaise d’athlétisme, décision expliquée par une suspension pour sa non participation aux jeux d’Afrique 20072. Après des débuts de reconciliation avec sa fédération (le conflit portant également sur les primes de sa médaille olympique de 2004), elle franchit 14,76 mètres aux championnats d’Afrique 2008 à Addis-Abeba, ce qui lui accorde une place pour aller défendre son titre lors des Jeux olympiques 2008 à Pékin. Cette participation est toutefois due à une intervention du CIO, sa fédération ne voulant pas l’inscrire aux jeux malgré ses performances. Lors du concours de Pekin, elle saute 15,39 mètres ce qui lui permet de remporter un deuxième titre olympique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


deux + 9 =