Le cacao du Cameroun

Cacao du Cameroun Agrandir l'image

Découvrez  les richesses culturelles du Cameroun, fèves de Cacao classées parmi les meilleures au monde!!!

La cabosse, ses feuilles, ses écorces et ses racines ont des vertus multiples.
Le cacaoyer est une culture de rente dont le commerce sur le plan mondial représente près de 3 milliards de dollars US par an. 65% de la production planétaire provient de l’Afrique. Depuis son introduction au Cameroun, le cacao, au vu de ses fortes rentrées en devises, était l’un des piliers majeurs de l’économie nationale. Quoique rapportant d’importants revenus à l’Etat et aux producteurs, le cacaoyer demeure un arbre mystérieux pour l’essentiel des Camerounais. Le colonisateur n’ayant jamais voulu dévoiler les multiples trésors cachés en son sein parce qu’il était considéré jadis comme la nourriture des dieux.

En effet, le cacao est un arbre merveilleux qui n’a jamais cesse de surprendre les chercheurs du fait de ses vertus revigorantes et aphrodisiaques. Une fève sèche de cacao comprend : 50 à 55% de matières grasses, 0,7% de polyphénols et tannis, 2% de sels minéraux et d’oligo-éléments. L’on compte près de 500 composés chimiques qui permettraient au cacao et à ses dérivés de protéger les consommateurs contre les maladies et d’agir parfois comme des drogues sans effets néfastes. La cacao est un antidépresseur qui protège contre les dommages oxydatifs et rajeunit. Il participe à l’élimination du cholestérol, prévient l’artériosclérose. Il constitue une source importante de minéraux et d’oligo-éléments. Le cacao contient par ailleurs des fibres qui éliminent les calculs biliaires et autres. Des études épidémiologiques ont montré qu’un apport de 30 mg de flavonoïdes contenus dans le beurre de cacao réduit de 50% le risque de maladies cardiovasculaires (les flavonoïdes antioxydants renforcent les défenses contre les allergies, virus et cancer).

Les fèves dont il est question ne représentent environ que 30% du poids de la cabosse. Les 70% restants sont constitués de sous-produits (coques-jus de fermentation). Si l’on y ajoute les résidus de cacao qui représentent 5% de la production nationale (6.000 tonnes), nous avons en définitive un potentiel de 286.000 tonnes de sous-produits qui ne sont pas valorisés chaque année dans nos plantations. La transformation de ses résidus récupérés après récolte permettrait d’obtenir des produits aussi variés que divers : Jus de cacao, boisson de cacao à base des pulpes fermentées, confitures de cacao, vinaigre, alcool, liqueurs de jus de cacao, du savon ou de la pommade. Le cacao est un produit qui peut être valorisé à 100%. La coque de la cabosse plus connue sous l’appellation cortex permet d’obtenir après une application rudimentaire des engrais, du savons, de la potasse pour l’industrie chimique, de la provende utilisée dans l’alimentation du bétail. Autant de vertus et de composés qui font dire à certains spécialistes que la cacao est un trésor caché, un empire de richesses, une corne d’abondance qui devrait nous permettre de remédier à la pauvreté. Plantons à bon escient le précieux sésame, un trésor est caché.

source: http://www.sodecao.cm/index.php/Cacaoculture/comment-reussir-son-exploitation-cacaoyere.html

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


10 − 6 =